7 mai – 2nd tour de l’Élection présidentielle

LA CFDT APPELLE À VOTER CONTRE LE FRONT NATIONAL

 

La CFDT appelle toutes celles et tous ceux qui sont attachés à notre République à se mobiliser pour battre la candidate du Front national, dimanche 7 mai et donc à voter pour son adversaire.

La CFDT a toujours lutté contre les totalitarismes, de droite comme de gauche, la xénophobie et le rejet de l’autre. La CFDT a aujourd’hui le devoir de s’opposer au Front national qui n’est pas un parti comme les autres : ses idées constituent une menace pour la démocratie, la solidarité, la justice sociale et l’égalité.

Manifeste de la CFDT pour le travail

Manifeste de la CFDT pour le travail

 

Le travail, beaucoup le vivent, mais trop peu de monde en parle. Il est devenu invisible dans la société, pourtant, les mutations à l’oeuvre changent le travail comme cela n’était plus arrivé depuis des décennies. Les tâches, les métiers, les organisations du travail se transforment. Pour redonner la parole aux travailleurs, qu’ils soient salariés, agents publics, indépendants, demandeurs d’emploi, apprentis ou stagiaires, la CFDT a lancé fin 2016 l’enquête Parlons travail.

En trois mois, plus de 200 000 personnes ont participé à cette consultation. Leur regard sur leur travail se révèle très positif : 76 % déclarent aimer leur travail, 57 % y prennent du plaisir et 70 % y rigolent souvent. L’enquête révèle aussi les difficultés que certains rencontrent au travail et les nouvelles aspirations des travailleurs. À la veille de l’élection présidentielle, la CFDT analyse ces enseignements et fait des propositions pour continuer à changer le travail, dans le privé comme dans le public.

Parlons travail

 

Depuis le 20 septembre, l'enquête "Parlons travail" a vu plus de 150 000 personnes répondre aux près de 150 questions.

 

Ce n'est pas terminé pour autant !

Conférence Sociale, des résultats malgré tout

 

La conférence sociale, des 7 et 8 juillet 2014, s’est tenue dans un climat tendu et difficile du fait d’une situation économique et sociale particulièrement dégradée. La CFDT l’a abordée avec la volonté de répondre en priorité à la situation dramatique vécue par des centaines de milliers de personnes confrontées au chômage et à la pauvreté et notamment les jeunes. La conférence débouche plus particulièrement sur ce plan par deux décisions qui portent la marque de la CFDT :

- Une réunion organisée par le ministre du travail avec les partenaires sociaux et le collectif  "Alerte contre l'exclusion"  dès la rentrée, fixera le diagnostic et le cadre à partir duquel sera engagée une négociation interprofessionnelle sur l'insertion des personnes les plus éloignées de l'emploi.

- La Garantie jeunes sera fortement développée pour donner une allocation et un accompagnement renforcé vers l'accès à l'emploi aux jeunes de moins de 25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en stage, ni en formation : expérimentée dans 10 départements, elle touche actuellement environ 15 000 jeunes. Le Président de la République avait donné comme objectif le doublement dans son discours introductif. A la demande forte de la CFDT, le Premier ministre s'est engagé à porter ce nombre à 50 000 en 2015 et 100 000 en 2017.

UN 1er MAI FRANCILIEN REVENDICATIF ET FESTIF
POUR L'EMPLOI ET L'EUROPE SOCIALE

 

11h30 – 15h00

Paris - Rotonde de la Villette

Métro Stalingrad (ligne 2, 5 et 7)

 

A l’instar du Bureau national de la CFDT, notre Bureau régional du 17 mars 2014 a considéré que les conditions d’un 1er mai intersyndical large ne sont pas aujourd’hui réunies.

Les divergences syndicales (Sécurisation de l’emploi, Pacte de responsabilité, Assurance chômage…) rendent impossible, sur l’Ile-de-France, des manifestations communes, avec la CGT Ile-de-France notamment. Mais, La CFDT, en Ile-de-France, se doit d’être à l’initiative le 1er mai, jour international du travail et de la solidarité.

Philippe Lengrand sur BFMTV

 

La CFDT deuxième organisation syndicale dans les très petites entreprises

 

La première élection dans les entreprises de moins de 11 salariés s’est terminée le 21 décembre. Plus de 4,6 millions de salariés été appelés à voter. La CFDT recueille 19,26 % des suffrages exprimés et affirme sa place de seconde organisation syndicale dans les TPE.

« Le vote sur sigle voulu par la précédente majorité, décourage la participation et favorise une multiplication et un éparpillement des candidatures avec pour conséquence queles salariés n’élisaient personne, regrette Marie-Andrée Seguin, secrétaire nationale chargée des petites entreprises, avant d’ajouter que « compte tenu de ce mode de scrutin, 460 000 salariés se sont tout de même exprimés dans cette élection, soit seulement 10 % de participation. »

Retraites complémentaires

La négo passe à la vitesse supérieure

 

La deuxième séance de négociation sur les retraites complémentaires des salariés du privé (Arrco et Agirc) a permis d’y voir un peu plus clair sur les positionnements de chacune des organisations syndicales et patronales sur les moyens à mettre en œuvre pour trouver les 6 milliards d’euros manquants d’ici à 2017.

La délégation patronale a rappelé ses principales propositions, mises sur la table lors de la première séance : le gel des pensions pendant trois ans ou une indexation inférieure à l’inflation pendant cinq ans ainsi que la mise en place d’un abattement de 10 % sur les pensions jusqu’à l’âge de 67 ans. Et elle a de nouveau exprimé ses réticences quant à une hausse des cotisations. Du côté des organisations syndicales, la CGT s’est prononcée en faveur d’une hausse assez élevée des cotisations et refuse l’idée d’une revalorisation des pensions versées inférieure à l’inflation. FO, la CFTC et la CGC ne s’opposent pas à la moindre revalorisation des pensions pendant un temps donné si, dans le même temps, une hausse des cotisations est décidée.

COMMUNIQUE DE PRESSE N°74 du 26 novembre 2012

 

Le Sénat vient de voter la création d’un crédit d’impôt pour les salariés adhérents à un syndicat et qui ne sont pas imposables.

Le gouvernement a annoncé son appui à cette proposition.

La CFDT se réjouit de ces décisions qui établissent enfin une équité entre les salariés.

Le crédit d’impôt permettra en effet aux salariés de récupérer les deux tiers de leur cotisation syndicale qu’ils soient ou non imposables.

C’est une très ancienne revendication de la CFDT qui se concrétise.